Né en 1975 à Vincennes, Fabien Verschaere est un artiste plasticien qui vit et travaille aujourd’hui à Paris. En 2000, il est diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, et des Beaux-Arts de Nantes l’année suivante. Son univers si singulier, grouillant, étrange, le démarque dans l’univers de la création artistique contemporaine et le conduit rapidement à exposer dans de prestigieuses institutions, à l’instar du Palais de Tokyo en 2006. Sillonnant le globe, ses œuvres s’exportent ainsi à Milan, Bucarest, Hong-Kong, Newcastle, New York, Hanoï ou encore Abu Dhabi.

 

Les œuvres de Fabien Verschaere se trouvent à la confluence de multiples influences : imagerie médiévale, bande dessinée, psychanalyse, culture populaire et univers de l’enfance – des rêves aux cauchemars – se voient ainsi convoqués à l’élaboration d’un travail auréolé de mystère. L’artiste crée comme étreint par l’urgence, prolifique, son travail lui offrant une formidable espace de liberté où il peut laisser libre cours à ses pulsions et interroger les limites que l’on s’impose communément. Sa pratique de prédilection, l’autoportrait, l’autorise à figurer au sein même de ses histoires, en bonne place à la table des personnages issus de son imaginaire. Protéiforme, Verschaere se mue sur la toile tantôt en clown grimaçant, tantôt en ange diabolique ou en princesse travestie, n’épargnant son image ni à lui-même, ni à l’observateur intrigué. Envahissant l’espace, anarchie d’êtres colorés, souriant ou hurlant, son travail se fait l’espace de représentation du regard que l’artiste jette sur le monde : ébloui ou angoissé, halluciné, festif ou effrayé.

 

Unique, grinçant ou magnétique, le travail de Fabien Verschaere parcourt le monde depuis près de deux décennies : en 2009, il participe à l’exposition « La Force de l’Art 02 » au Grand Palais ; en 2012, la Galerie Traversée à Munich lui consacre une exposition personnelle, de même que le Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne Métropole en 2014. Il participe en 2015 à une exposition collective au musée SEMA à Séoul, et au musée GMOMA, dans cette même ville, en 2016. Il est par ailleurs exposé, seul ou en collectif, dans nombre de galeries et centres d’art français. Parallèlement, l’artiste multiplie les partenariats, variant à l’infini ses supports de production : ainsi réalise-t-il un baby-foot gainé de cuir customisé en collaboration avec les designers Domeau & Pérès et des coffrets avec le tabletier Elie Bleu en 2011, ou encore un service en verre avec le Centre Internationale d’Art Verrier de Meisenthal. La RMN-GP lui passe commande d’une création in situ, inaugurée dans la rotonde du Grand Palais en 2013. Une collaboration avec Pierre Hermé va, par la suite, se traduire par un projet original en forme de Résidences Itinérantes à Séoul, Hong-Kong, Tokyo, Londres et Paris. De retour à Paris, il répond à la commande de GECINA d’une fresque monumentale dans le XIIIe arrondissement, dans le cadre du label : « 1 immeuble, 1 œuvre » (à l’initiative du Ministère de la Culture et de la Communication). 

 

À Paris comme à Séoul, Fabien Verschaere est représenté par la Galerie Brugier-Rigail et la Galerie Brugier-Rigail Séoul.

 

Retrouvez nos éditions (sérigraphies, lithographies) de Fabien Verschaere dans l’onglet « éditions » de notre galerie d’art en ligne.