Né à New York en 1967, Angel Ortiz, alias Little Angel ou LA II, commence à taguer les murs du Lower East Side à l’âge de 10 ans. « La rue était ma toile », explique le street artist. Quand Keith Haring le découvre, au début des années 1980, il n’est âgé que de 13 ans, néanmoins va débuter entre les deux artistes une grande amitié doublée de 6 années de collaboration. S’influençant l’un l’autre, ils parcourent la planète et signent alors des œuvres à 4 mains dont il reste aujourd’hui quelques occurrences sur le marché.

 

« LA II a appris à Keith à remplir les espaces blancs sur la toile et son art a alors atteint un nouveau niveau. », observe Richard Hambleton, ami de Keith Haring. En effet, nombreuses (et méconnues) sont les œuvres où, entre les lignes caractéristiques du maître, s’entremêlent un ensemble de symboles tout droit sortis de l’imagination de LA II. Aussi, plus Haring se voyait nimbé d’une aura de succès, plus LA II était remisé dans le silence de l’anonymat. Après la mort prématurée de Haring, LA II continue de peindre avec ferveur, aspirant à la reconnaissance qu’il n’a pas eu. En 2008, avec les permissions légales nécessaires, il a pu œuvrer de sa propre réhabilitation en taguant son nom sur une fresque murale restaurée de Keith Haring.

 

Ses œuvres figurent aujourd’hui dans d’importantes collections, à l’instar de celle de l’Université Pepperdine de Malibu, qui en possède 3, du musée de l’Université du Minnesota à Minneapolis, du Solomon R. Guggenheim Museum et du Whitney Museum of American Art de New York, ville où, par ailleurs, LA II vit et travaille toujours. En 2013, certaines de ses œuvres ont été présentées au Musée d’art moderne de la Ville de Paris à l’occasion d’une rétrospective de l’œuvre de Keith Haring.

 

Autodidacte, influencé par la calligraphie chinoise et l’art du pictogramme, LA II offre une peinture caractérisée par des couleurs scintillantes et un trait empreint d’énergie. Il est considéré comme une figure majeure du mouvement du graffiti américain – outre du street art.

 

A Paris, LA II est représenté par la Galerie Brugier-Rigail.