Monkeybird est né de l’association de deux artistes français, Louis Boidron et Edouard Egea , qui ont choisi de retranscrire des thèmes sociaux en fables murales, grâce à la représentation d’animaux totems à la symbolique élaborée.

Le duo compose un discours en jouant des sémantiques de ses singes et oiseaux sacralisés, pour finalement, traiter de l’humain. Polarisé entre ses obsessions matérielles et ses fantasmes de liberté, l’Homme doit trouver un juste équilibre afin de se construire en tant qu’animal social.

Leur inspiration est principalement tirée d’œuvres sacrées ou lyriques telles que les enluminures, les vitraux, l’ornementation architecturale mais aussi des illustrations fantastiques de la période « Arts and Crafts » ou des estampes japonaises.

Les deux artistes commencent à travailler dans la rue avant d’investir les murs des musées et institutions. Ils n’abandonnent pas pour autant leur premier lieu d’expression et multiplient les techniques et les expériences plastiques en fonction de l’espace sélectionné: pochoirs, gravures, linogravures, recherches de soustractions de la matière, dessins, découpages ou affiches en toile de verre.

Artistes à l’originalité graphique marquante, ils alimentent le paysage urbain international par la poésie de leurs œuvres.